Destockage-habitat comme solution à la loi anti-gaspillage et économie circulaire

L’économie circulaire a connu un essor considérable sur le plan international depuis sa première apparition au tournant des années 2000. Et avec la loi française sur la transition énergétique de 2015, elle est devenue une ambition nationale. L’objectif est simple : rompre avec le modèle économique actuel basé sur le principe « produire, consommer, jeter ». En effet, il est temps d’adopter une nouvelle disposition dans laquelle les déchets d’une personne deviennent une ressource pour une autre. Ces initiatives apparaissent désormais dans toutes les industries.

D’ailleurs, les secteurs mettant en application ce concept sont aussi nombreux que les projets qui s’y rapportent. Le gaspillage alimentaire équivaut à la gastronomie, les couettes et les oreillers sont recyclés et les boues d’épuration sont converties en biogaz… Le 10 juillet 2019, le gouvernement français a encore amené les choses à un niveau supérieur en présentant une proposition ambitieuse de loi « anti-gaspillage » et d’économie circulaire au Conseil des ministres.

Que dit la loi anti-gaspillage plus concrètement ?

Ce projet de loi anti-gaspillage, avec lequel le gouvernement entend afficher ses ambitions environnementales, ne concerne ni l’énergie ni les transports. Il s’agit essentiellement de s’attaquer au cycle de vie des produits que nous utilisons tous les jours, de leur fabrication à leur recyclage. C’est d’ailleurs ce que l’on entend par « économie circulaire ».

La France a déjà mis au point de nombreuses mesures pour favoriser les approches susceptibles de rattraper les retards qu’elle présente face à ses voisins européens. Plus récemment, des critères et des procédures permettant de mettre fin au statut de « déchet » de certains objets et produits ont été énoncés. L’objectif reste dans tous les cas d’encourager leur réparation en vue de leur réutilisation. Ainsi, toutes les industries seront tenues de récupérer, de réutiliser ou de recycler tous les articles invendus, sous peine de sanctions financières. C’est justement l’une des mesures phares du projet de loi.

Par ailleurs, l’application du principe du « pollueur-payeur » a été revue pour responsabiliser les fabricants et les distributeurs. Ces derniers doivent de ce fait prendre en charge la collecte et le recyclage de leurs produits. Cela concerne notamment les batteries de téléphones, les médicaments, les équipements électroniques, etc.

De même, le projet de loi envisage d’appliquer cette obligation à de nouveaux secteurs, comme la construction et le bricolage, le jardinage, les articles sportifs ou les jouets. Autre disposition : les entreprises n’auront plus le droit de détruire de nouveaux articles non alimentaires qui ne sont pas vendus. Cette pratique largement courante doit effectivement cesser.

Source : ADEME

En outre, les réparateurs d’équipements électriques et électroniques devront proposer des pièces de rechange d’occasion — c’était déjà le cas pour les garages. Et ces appareils, une fois commercialisés, verront leur « réparabilité » évaluée de 1 à 10, de sorte que le consommateur sera plus susceptible de choisir des modèles pouvant durer plus longtemps.

Cette mesure vise à lutter contre l’obsolescence programmée, lorsque les entreprises fabriquent à dessein des équipements qui ne durent pas et qui doivent notamment être remplacés intégralement au moindre problème.

Le déstockage, la solution à la loi ?

Les invendus qui s’accumulent dans les stocks de magasins sont un autre fléau auquel tous les fabricants et distributeurs français doivent se confronter. En plus d’occuper un espace précieux, ces excédents immobilisent le capital et peuvent empêcher les professionnels de réinvestir ou d’acquérir de nouveaux produits.

C’est pourquoi il est primordial d’en prendre soin avant que les articles ne perdent trop de valeurs financières. Les données de vente et d’inventaire nécessitent dans ce cas une attention régulière. De même, il est essentiel de surveiller l’évolution des produits pour pouvoir prendre les bonnes décisions d’achat et de marketing. Dans le même temps, gérer efficacement le stock permet aussi d’obtenir une bonne maîtrise de la marchandise.

Néanmoins, les inventaires excessifs peuvent parfois survenir à cause de nombreux facteurs, surtout dans le domaine du bâtiment. Peut-être que la tendance a changé soudainement ou que les prévisions de demande ne se sont pas très bien déroulées. Quoi qu’il en soit, il reste plusieurs solutions pour rentabiliser les invendus qui représentent encore un intérêt pour les consommateurs.

C’est justement pour cela que des plateformes telles que Déstockage-Habitat ont été mises en place. Le principe est simple : mettre en relation les entreprises souhaitant se débarrasser de leurs articles stagnants avec des particuliers. Cela permet de mieux contrôler le stock tout en évitant la dévalorisation ou la destruction des produits encore neufs. Ce faisant, les pertes financières restent également minimes. C’est un marché gagnant-gagnant qui mérite d’autant plus de considération suite au nouveau projet de loi anti-gaspillage.

Les avantages pour les consommateurs

Lorsque vous envisagez de réaliser des travaux dans votre maison, vous devez réfléchir à comment utiliser votre budget ingénieusement. En ce qui concerne l’acquisition de nouveaux équipements et matériaux, vous pouvez toujours décider de faire votre achat dans les magasins de bricolage traditionnels. Toutefois, il est parfois plus judicieux d’investir dans le déstockage.

En effet, cela présente un certain nombre d’avantages. Tout d’abord, vous pouvez réaliser des économies d’argent. Étant donné que ces produits sont mis en vente pour ne pas qu’ils périssent tout simplement au fond d’un local, leurs prix sont généralement réduits sans pour autant lésiner sur la qualité. Le plus souvent, les sélections qui vous sont présentées incluent également certaines des dernières tendances, et ce, à des prix exceptionnellement bas.

Par ailleurs, vous avez l’occasion de faire un geste pour l’environnement. Et pour cause, vous pouvez réduire votre indice carbone puisque vous évitez la mise en décharge de ces matériaux qui n’ont pour autant pas perdu leur valeur. De plus, ceci est une bonne manière de prolonger la durée de vie de chaque équipement.

En bref, c’est une autre manière de limiter les déchets de construction. Lorsque des centaines d’entreprises jettent leurs produits à peu près au même moment, cela crée une quantité exponentielle de déchets. Et a contrario, quand vous décidez d’acheter en magasin de déstockage dans la mesure du possible, il peut se passer beaucoup de temps avant que votre achat n’arrive aux décharges.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s