Récupération d’eau de pluie chez soi : comment s’y prendre ?

La collecte d’eau de pluie constitue depuis des milliers d’années une solution aux problèmes de pénurie d’eau dans les zones arides. De nos jours, cette technique est adoptée même en dehors de ces régions. Et pour cause, l’eau est aujourd’hui devenue une ressource rare, précieuse, voire menacée sur la planète bleue.

Heureusement, il existe actuellement un regain d’intérêt pour la recherche de méthodes améliorées pour le recyclage de l’eau de pluie. Bien qu’il existe de nombreux dispositifs pour ce faire, le système de récupération par le biais des toits reste l’option la plus simple.

Les avantages de récupérer l’eau de pluie

La récupération de l’eau de pluie offre de nombreux avantages environnementaux et économiques. Pour commencer, cette pratique permet de contrôler le ruissellement des eaux pluviales. Cela réduit considérablement les risques d’érosion dans les jardins, mais minimise également les impacts autour des tuyaux de descente. De même, cette méthode contribue à diminuer les problèmes d’inondation sur votre terrain.

Par ailleurs, l’eau de pluie stockée s’utilise à des fins diverses. Elle peut notamment servir pour :

  • L’irrigation paysagère ;
  • L’arrosage des plantes ou de la pelouse ;
  • La chasse d’eau ;
  • La lessive ;
  • Le lavage de voitures ou de meubles de terrasse ;
  • Et même la piscine.

Les nombreux usages de l’eau de pluie peuvent ainsi vous aider à économiser de l’argent sur votre facture, en particulier parce qu’elle est quasiment gratuite. Pour information, le toit de votre maison peut collecter jusqu’à environ 600 litres d’eau de pluie par m². Cette quantité peut toutefois varier selon la région où vous habitez.

Un autre grand avantage de la récupération d’eau de pluie est la décentralisation de l’approvisionnement en eau. Cela signifie qu’au lieu de dépendre complètement des ressources municipales, les consommateurs qui choisissent de recycler l’eau de pluie ont plus de contrôle sur la manière dont leur eau est obtenue, traitée et utilisée. En effet, certaines personnes sont motivées à installer ce système de collecte dans le seul but de disposer d’une source d’eau privée et protégée en cas d’urgence ou de problèmes de contamination.

Les considérations à prendre avant la collecte d’eau de pluie

Avant de vous lancer dans la récupération d’eau de pluie par la toiture, assurez-vous que celle-ci est adaptée. Par exemple, les toits de chaume ou de plomb ne conviennent généralement pas à cet usage. Il en est de même pour les revêtements peints ou faits à partir d’autres éléments synthétiques. Et pour cause, ces matériaux sont susceptibles de contaminer l’eau. En revanche, les plastiques ondulés, l’étain ou les feuilles d’aluminium sont parfaitement appropriés. Toutefois, pour la récupération d’eau la plus pure, les tuiles et l’ardoise constituent les meilleurs matériaux. Pour votre gouttière, il faut privilégier le PVC, le zinc ou la faïence.

En outre, vous devez également prêter attention à l’abondance de pluie. Si vous connaissez la pluviométrie dans votre région, il sera facile de savoir le volume d’eau disponible. Pour déterminer ceci, multipliez la superficie au sol de votre maison (en m²) par les précipitations annuelles moyennes (en m). En règle générale, seuls 80 % du volume total d’eau de pluie peuvent être utilisés en raison de l’évaporation et d’autres pertes. Par conséquent, vous devez également déduire 20 % du résultat que vous avez initialement obtenu.

L’équipement nécessaire pour récupérer l’eau de pluie

Le système de recyclage d’eau de pluie le plus simple inclut l’utilisation d’un récupérateur relié à un tuyau de descente. Il suffit ensuite de placer un récipient assez volumineux pour collecter l’eau. Vous avez le choix entre différents modèles et capacités pour répondre à vos besoins spécifiques. Vous pouvez par exemple opter pour un regard d’eaux pluviales pour de plus faible quantité. Et voilà, vous avez votre système. Cependant, une structure bien conçue doit, en plus de cela, garantir que les descentes et toutes les autres ouvertures sont protégées contre les salissures. Pour ce faire, vous pouvez installer une grille qui gardera les insectes, les feuilles ou les brindilles hors de votre réservoir. Vous éviterez ainsi de contaminer l’eau par la décomposition de ces débris.

Vous pouvez notamment placer cet outil au niveau de l’écoulement du tuyau principal pour empêcher les plus gros fragments d’entrer dans votre cuve. Un autre emplacement pour mettre un filtre est juste à l’amont du réservoir. Celui-ci peut avoir un maillage beaucoup plus fin pour réduire davantage les risques d’introduction de particules indésirables. Toutefois, assurez-vous de vérifier et de nettoyer fréquemment ce filtre pour éviter les accumulations et les obstructions. Dans la même optique, pensez également à couvrir votre cuve.

Par ailleurs, si vous souhaitez éloigner et empêcher les moustiques et autres créatures de se reproduire dans votre eau de pluie collectée, envisagez d’ajouter un peu d’huile. En règle générale, une cuillère à soupe suffit. Elle flottera à la surface du réservoir, ce qui vous permettra d’utiliser presque toute l’eau en dessous sans craindre que l’huile ne se répande dans votre jardin. Cette astuce est simple, mais peut s’avérer très efficace.

La récolte d’eau de pluie pour votre jardin

En été, une grande partie de notre eau potable est utilisée pour l’extérieur (piscines, voitures et jardinage). Et pourtant, l’eau que nous employons pour ces tâches ne nécessite pas forcément d’être entièrement limpide. Ainsi, que vous souhaitiez réduire le gaspillage ou simplement économiser quelques euros sur votre facture, collecter de l’eau de pluie peut s’avérer être une meilleure alternative. De plus, les plantes aiment cette eau, parce qu’elle est naturellement douce et sans chlore. Elle est également exempte de sels, de minéraux ainsi que d’autres produits chimiques (sauf si vous habitez dans une zone côtière). Ce n’est pas le cas pour les eaux municipales, les eaux souterraines et les eaux de surface.

De même, l’eau de pluie est légèrement acide, ce que la majorité des plantes de culture biologique préfèrent. Pareillement, elle contient des matières organiques. En effet, bien que l’eau soit propre et qu’elle soit claire, elle a été exposée à tout ce qui se trouve sur votre toit. Cela ne concerne pas les brindilles (ceux-ci sont préfiltrés), mais plutôt l’exposition par contact à la litière de feuilles, au pollen, aux excréments d’oiseaux, etc. Ce qui est idéal pour le jardinage. Vos plantes apprécieront sans doute cette légère application d’engrais à chaque arrosage.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s